Skip to content

TESS : je me suis retrouvée plusieurs fois aux urgences, croyant faire une fausse couche

c0uFl4mr

Dès mes premières règles j’ai eu mal au ventre. C’était gérable au début. Un Spafon et hop je retournais m’enjailler sur du Fall out Boy, pleine de vie. Quelques années plus tard, j’ai commencé à prendre une pilule contraceptive. Les douleurs étaient toujours là, mais beaucoup moins prononcées qu’avant.

En 2014, après ma grossesse, je stoppe complètement ma pilule contraceptive ne désirant plus prendre aucune hormone et là c’est le début du calvaire : chaque menstruation était pour moi synonyme de douleurs. J’étais pliée en 4, au point de me retrouver une paire de fois aux urgences, croyant faire une fausse couche ou une grossesse extra utérine.

Malheureusement j’avais aussi mal en dehors de mes règles, par exemple au moment de l’ovulation ou encore pendant les rapports. J’ai consulté un milliard de fois ma gynéco qui me faisait des échos mais ne voyait rien. Je rentrais chez moi, complètement dépitée, avec mes Antadys et mes Dolipranes sous les bras. J’ai culpabilisé. J’ai pensé que j’étais devenue douillette, que mon accouchement sans péridurale m’avait surement fait perdre toute résistance à la douleur.

Fin 2017 après avoir vu deux médecins pendant mes crises, ils remarquèrent que ma douleur venait de ma trompe de Fallope. Je passe une échographie avec un super échographe et bingo. Il retrouve du liquide dans une de mes trompes.

Janvier 2018 : Premier rendez-vous avec ma nouvelle gynécologue qui me parle tout de suite d’endométriose et me propose de faire une échographie et une IRM avec quelqu’un formé sur cette maladie. J’accepte immédiatement. L’endométriose je connaissais bien, ma sœur a cette maladie et surtout j’avais déjà lu la totalité du site Endofrance. Intérieurement, j’avais déjà tout compris ce qui m’arrivait, mais que faire quand le corps médical vous dit qu’il ne voit rien ?

Mi-janvier, je m’installe pour l’échographie, pleine d’espoir, et là l’échographe me regarde en me disant : « je comprends pourquoi vous souffrez autant Madame.» Elle me parle alors directement d’un nodule d’endométriose et d’une trompe bouchée de sang. Viens l’heure de L’IRM qui confirme les dires de l’échographe… J’ai donc de l’endométriose et une trompe complètement obstruée m’empêchant ainsi de tomber enceinte. Ô joie. J’AI ENFIN EU UN DIAGNOSTIC COMPLET EN MOINS DE 5 MINUTES SUR CE QUI SE PASSE EN MOI DEPUIS 5 ANNÉES. Je ne sais pas pourquoi, mais j’étais presque heureuse. J’avais enfin le sentiment d’être comprise.

Le problème est que cette maladie est devenue constante, je suis tout le temps fatiguée, j’ai tous les jours mal au ventre, c’est physiquement et psychologiquement très difficile…

Tess, 26 ans.

Marie-Sophie Germain Tout afficher

Journaliste spécialisée en NAC au Magazine 30 Millions d’Amis depuis 20 ans, auteur de nombreux livres sur les NAC, créatrice des sites PassionCobaye.Com , NAC-Magazine.Com et MonEndometriose.net

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :