Skip to content

REBECCA : on m’a dit de faire du yoga pour soulager mes douleurs

Je m’appelle Rebecca, je suis une jeune femme de 33 ans qui habite sur la Côte d’Azur, je suis en essai bébé depuis mars 2011 et je suis atteinte d’endométriose. J’ai été diagnostiqué en mars 2017 après un parcours santé assez chaotique au vu des réponses que les médecins étaient susceptible de m’apporter. Excusez moi par avance pour le côté glamour mais entrons tout de suite dans le vif du sujet.

Voici mon histoire :

Mes premières règles remontent à l’âge de 11 ans, dès le début elles ont été très abondantes et vraiment douloureuses. Ma mère m’a donc emmenée consulter son gynécologue, après lui avoir expliqué mes douleurs, il s’est contenté de me donner des anti-douleurs. Bien entendu, anti-douleurs ne me calmant pas, nous sommes retournées le voir quelques mois plus tard. Après avoir réalisé une échographie, le gynéco explique à ma mère que je souffre du symptôme d’ovaires polykystiques mais qu’il ne faut pas s’en inquiéter car ils se résorberont tout seul.

A 15 ans, je décide de consulter mon médecin généraliste pour qu’il me prescrive la pilule car j’avais encore trop de douleur, il me prescrit donc, la pilule Trinordiol. Quelques mois après, les douleurs s’étaient estompées mais voilà que d’autres douleurs et problèmes allaient s’inviter.

Pendant des années j’ai eut des problèmes digestifs avec des crises de diarrhée aigües répétitives qui pouvaient me prendre n’importe où et n’importe quand (et oui sinon ce n’est pas bien drôle). Puis se sont rajoutées les douleurs nocturnes, qui finissaient par me réveiller tellement elles étaient fortes, au point d’en pleurer.

J’ai consulté 3 gastro-entérologues, 1 proctologue, 3 médecins généralistes, 2 gynécologues dont 1 spécialiste de la fertilité en 2014. Je ne compte même plus le nombre de fois où j’ai décrit mes symptômes aux différents médecins que j’avais en face de moi, le résultat était toujours le même : « Vous êtes trop stressé mademoiselle, c’est pour ça que vous avez des crises de coliques, détendez vous. Vous devriez faire du Yoga ça vous soulagerait un peu ».

J’ai fini par me dire que les gastro-entérologues avaient probablement raison et que mes douleurs étaient peut être dues aux stress, je me suis donc habituée à vivre avec mes douleurs et j’ai continué à prendre les médicaments que les médecins me donnaient. Sauf qu’au bout d’un moment l’organisme s’y habitue, les médicaments finissent par ne plus faire d’effets sur les crises et le soulagement n’est plus là.

Je suis passé par pas mal de médecines non conventionnelles comme la psychothérapie, l’hypnose, l’ostéopathie, les fleurs de Bach, l’homéopathie et malgré tout rien ne m’a jamais soulagé. Avec le temps on essaie de passer à autre chose en croisant les doigts pour ne pas avoir de crises de sitôt. Quelques années se sont écoulées en me laissant par moment un peu de répit lorsque j’étais sous pilule jusqu’en 2011.

En 2014, mon conjoint et moi nous sommes décidés à consulté une spécialiste de la fertilité suite à 4 années d’essais  » bébé  » infructueuses. La gynécologue décide donc de me faire pratiquer des examens notamment une hystérographie qui s’est révélé être pour moi un vrai cauchemar de douleur alors que celle ci m’avait annoncé de simples douleurs de règles. Or les douleurs étaient tellement intenses que j’avais l’impression de vivre un remake du film « L’Exorciste ».

Lorsque je lui ai expliqué ce qu’il s’était passé elle n’a rien eut d’autre à me dire à part : « Mais Madame c’est normal d’avoir mal quand on a ses règles, vous êtes une femme et puis vous êtes un peu chochotte par rapport à l’examen ». D’accord nous ne sommes pas toutes égales en terme de gestion de la douleur mais quand même on s’abstient de dire de telles choses à une patiente surtout lorsque soit même on a jamais passé ce genre d’examen… Finalement, vu le peu d’empathie que cette spécialiste avait envers ses patientes j’ai décidé de ne plus retourner la consulter, de chercher un autre médecin pour la remplacer et prendre un peu de temps pour moi et de recul en me réorientant professionnellement.

Après avoir patienté 2 ans j’ai fini par trouver « LA » spécialiste de la fertilité, le Docteur D, celle qui me fera passer par la suite l’examen qui détectera le mal dont je souffre appelé plus communément : « endométriose ».

Rebecca
Témoignage extrait de mon blog https://www.Nouvellevie-Endogirl.com

Retrouvez moi sur ma page Facebook : https://www.facebook.com/nouvellevieendogirl/

Retrouvez moi sur ma page Instagram :
https://www.instagram.com/nouvelle_vie_endogirl/?hl=fr

Retrouvez moi sur mon compte Twitter :

#Monendométriose #Nouvellevieendogirl #Nouvellevieendogirlblog #nouvellevieendogirlforum #keepcalmandfightendométriosis

Marie-Sophie Germain Tout afficher

Journaliste spécialisée en NAC au Magazine 30 Millions d’Amis depuis 20 ans, auteur de nombreux livres sur les NAC, créatrice des sites PassionCobaye.Com , NAC-Magazine.Com et MonEndometriose.net

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :